Citation

La Lecture, elle, reste ma seule réalité. Je la sens, je la palpe, je la renifle. Les mots glissent sur mon palais, me retournent le cerveau, semblables aux drogues les plus puissantes.

La forêt des ombres, Franck Thilliez


lundi 9 avril 2012

Marie-Aude Murail, Oh, Boy!




 Siméon, Morgane et Venise Morlevent se découvrent un matin sans parents. Qui va les adopter ?
Josiane, leur antipathique demi-sœur, ou leur demi-frère Bart, qui change de petit copain tous les jours et qu’ils adorent ? Le pire, c’est que Bart et Josiane se détestent...
Une histoire remarquablement ficelée, une ribambelle de personnages attachants qui ont un sens aigu de la répartie, un discours intelligent et une très appréciable ouverture d’esprit : voilà précisément ce qui rend ce livre irrésistible.











Ce livre faisait partie d'une lecture commune sur Livraddict, je remercie d'ailleurs Luthien de l'avoir proposé sans cela je serais passée à côté d'un bon moment de lecture.


C'est la deuxième fois que je lis un roman de cette auteure, et je suis encore une fois agréablement surprise.  Le style est très agréable, les pages se tournent toutes seules et les personnages deviennent de plus en plus attachants.


On remarque dans ce roman la diversité des thèmes abordés dans ce roman: l'adoption, la sexualité plus particulièrement l'homosexualité, la maladie...


Les personnages des enfants m'ont tous paru émouvants et surprenants. La petite Venise m'a fait plusieurs fois sourire, avec la façon qu'elle avait de parler et de voir les choses. Il était beau de voir en elle la naïveté d'une enfant de son âge, ses paroles ont vraiment égayé chaque page!
Siméon Morlevent est l'ainé des enfants Morlevent, on s'attache beaucoup à lui grâce à son intelligence et les épreuves qui vont s'abattre sur lui. 
Barthélémy Morlevent est le demi-frère des enfants Morlevent, le prince charmant dont rêve Venise pour réunir à nouveau les enfants dans la joie et dans la bonne humeur, mais ce n'est pas quelqu'un que les enfants Morlevent imaginaient. Barthélémy est sans emploi, homosexuel, il doit prouver à la juge qu'il est apte à garder les enfants. J'ai trouvé quelques fois que l'auteure exagérait un peu trop le côté homosexuels, j'ai trouvé que finalement les préjugés que l'on se fait sur les homosexuels sont concentrés dans Barthélémy.
Je n'ai pas apprécié le personnage de Josiane, la sœur  toujours prête à soudoyer ou à faire pitié pour avoir ce qu'elle veut.


Je ne vous en dirai pas plus car je ne veux pas trop en dévoiler...


La finalité de l'histoire est intéressante, c'est plus un livre de courage et d'espoir. J'ai beaucoup aimé le chapitre 13, qui n'est pas écrit, pour ne pas porter malchance aux Morlevent.


Le style très simple peut convenir à un enfant d'une dizaine d'années. Une lecture agréable mais qui cependant ne marque pas profondément l'esprit.

9 commentaires:

  1. Difficile de ne pas en dire trop! J'ai beaucoup aimé moi aussi, et Josiane malgré son coté manipulateur, finalement fait de son mieux pour aider cette fratrie...

    RépondreSupprimer
  2. j'ai beaucoup aimé aussi, mais contrairement à toi je dirai que c'est un livre parfait pour ouvrir des pistes de réflexions, de questionnements avec des enfants ou des ados... et pour Bart, je ne le trouve pas si caricatural que ça, j'en ai rencontré des comme lui, si si ! et je pense que si l'auteur l'a construit de cette façon, c justement pour qu'il soit moins évidemment le tuteur des enfants alors qu'il part avec l'avantage du lien du sang...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aussi particulièrement aimé la fin de l'histoire.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai aussi beaucoup aimé le chapitre 13 ! :) En tout cas, une très belle histoire, très prenante.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai adoré également ! Et puis le chapitre 13 apporte une petite touche d'humour que j'ai adoré !
    Je te souhaite une belle soirée, à bientôt =)

    RépondreSupprimer
  6. Chère Agnès,
    Je te remercie beaucoup de dire que :
    "j'ai trouvé que finalement les préjugés que l'on se fait sur les homosexuels sont concentrés dans Barthélémy".
    C'est exactement ce que je pense moi aussi.
    Il faut remettre dans le contexte (débat sur le PaCS encore tout frais, qui avait été le prétexte à des catalogues d'horreurs de la part de gens complètement idiots et hystériques, comme par exemple Christine Boutin...) et remarquer que M-A. Murail essaie de faire de la "pédagogie" à sa façon, mais ce texte me semble "daté" de ce point de vue.
    Heureusement, il y a des textes plus récents et plus jolis sur ce thème...
    UN IMMENSE MERCI POUR LES LIVRES QUE TU M'AS PRETES !!!
    A bientôt
    Juan

    RépondreSupprimer
  7. J'ai adoré cette lecture et les personnages sont super attachants !
    Bonne continuation :p

    RépondreSupprimer
  8. Salut, c'est grâce à pampeul que j'ai trouvé ton blog, et sérieusement, j'adore, je suis tombé direct sur ce livre que j'ai eu l'occasion de lire et que j'avais aimé aussi, continu comme ça ^^

    fourretout-valou.blogspot.fr ;)

    RépondreSupprimer
  9. J'avais beaucoup aimé ce petit livre quand j'ai lu parce qu'il parle vraiment aux enfants. As-tu lu Simple de la même auteure ?

    RépondreSupprimer